Je suis navrée de vous annoncer que le forum a fermé ses portes

Partagez | 
Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate
Invité
Message Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Ven 21 Fév - 14:17



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
Couchée sur le dos, un bras sous la tête, la jeune femme tentait de trouver un sommeil qui ne venait pas. En même temps, depuis plusieurs années, le sommeil était un luxe et même si elle n’était pas du genre à se morfondre, le fait d’être seule entrainait irrémédiablement un sentiment de désespoir total. Ça faisait à peine une heure qu’elle avait rejoint ses quartiers, trouvant toujours quelque chose à faire pour repousser l’inévitable. Mais il était maintenant huit heures et il fallait qu'elle se repose un minimum.

Depuis qu’elle n’était plus avec Nate, la jolie métisse avait du mal à retrouver sa « vie d’avant », comme si avant eux, il n’y avait rien eu. C’était faux pourtant mais dans le contexte actuelle, la moindre chose, le moindre évènement prenait des proportions énormes. L’amour, la haine, le désespoir, la solitude, la peur, tout étaient démultipliés. C’est sans doute pour ça qu’il avait fuit, la peur, du moins, c’est ce qu’elle se disait pour éviter de ce dire que le soucis venait d’elle. Parce qu’après tout, comment pouvait-on être bien avec une personne pour le lendemain partir sans se retourner à la simple évocation d’un unique mot.

L’ex danseuse poussa un soupir et tenta de changer la chaîne de ses pensées. Penser à Nate, à cette grossesse inexistante qui avait brisé leur couple, n’était pas la chose à faire quand on essayait de trouver le sommeil. Mais quand même…Comment avait-il réussit à claquer la porte à six mois de relation comme si elle avait été une simple fille d’une nuit ? Comment pouvait-il la battre froid alors qu’il y a même pas quelques semaines, il l’embrassait au détour d’un couloir ? Autant de questions auxquelles elle n’aurait pas de réponse parce que justement Nate faisait comme si rien de tout ça n’avait exister. Autant de questions qu’elle se posait une fois seule entre les parois de sa chambre. Seule…La solitude, Maë avait toujours détesté ça. Ça l’obligeait toujours à réfléchir aux choses négatives. Et ça aussi, elle le détestait.

-Allez Maëlann, force toi !

Ecoutant sa respiration, elle tenta d’appliquer les consignes d’un ancien prof de danse. Inspirer, bloquer sa respiration, compter jusqu’à dix et expirer. Un…Deux..Trois…Quatre…Dix…Expirer.
Elle tenta l’opération deux trois fois avant de s’avouer vaincu et de se relever. D’un geste rapide, elle noua ses cheveux en chignon négligé et enfila ses chaussures. Ceci fait, elle quitta sa chambre, direction l’infirmerie pour y retrouver une petite fille orpheline dont la grippe la tenait éloigné du reste de la grotte et pour cause, il était nécessaire d’empêcher toute épidémie.

-Salut Lucie ! lança-t-elle joyeusement à la jolie blonde une fois à son chevet.

Au loin elle aperçut Nate. Ce n’était pas une surprise. Avant que l’humanité ne bascule, Nate faisait ses études en médecine. Par conséquent, c’était tout naturellement qu’une fois dans la grotte, il avait suivit cette voie là C’est d’ailleurs ici que Maëlann l’avait connu. Lors d’un raid des plus meurtriers, la métisse était venue apporter son aide. A force de discussions, ils avaient appris à s’apprécier…Voir plus…

-Comment ça va ma puce, reprit Maëlann sans accorder un regard à Nate.

Bien sûr, elle voulait le récupérer, qu'ils reprennent là où tout s'était arrêté mais l'infirmerie n'était pas forcément le lieu le plus romantique et approprié pour ça. Et puis, elle était pas là pour Lucie...Bon d'accord, si Nate n'avait pas été là, certainement qu'elle ne passerait pas autant de temps ici mais tout de même...



Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE


Dernière édition par Maëlann Fitzgerald le Dim 16 Mar - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Sam 22 Fév - 0:16

Ce secret, je te le donne, ne le dis à personne
S

es doigts se détachèrent du pansement, Nate se laissa mollement tomber sur le lit voisin. Deux heures qu’il s’acharnait comme un fou, luttant pour éviter que cette femme ne perde la vie. Tout son corps semblait protester contre ses efforts dictés par l’adrénaline qu’il effectuait. Là, c’était la goutte d’eau et Nate n’en pouvait clairement plus. Son torse se soulevait brusquement sous l’effet de sa respiration difficile, il s’était laissé retomber contre les draps et les coussins. Ses paupières se fermèrent un instant, submergé tout à coup par un sommeil irrépressible. Le jeune homme n’eut même pas la force de lutter, de se redresser ou de protester. Ses paupières se fermèrent, son souffle se stabilisa et il plongea dans un sommeil profond et réparateur.

Quand il rouvrit les yeux, les choses avaient changé. Son patient était endormi, apparemment il était hors de danger. Les bruits s’étaient tus et on ne pouvait plus entendre que la douce mélodie du silence. Quelques têtes de blessés apparaissaient de-ci de-là sous les couvertures. Nate se redressa, s’étira, faisant craquer son dos et poussant un profond soupir. Il avait abusé, encore une fois ! Et son corps lui avait arraché les heures de sommeil qu’il lui devait. Tant pis, c’était du temps perdu mais au final, l’apprenti-médecin se sentait bien à présent ! Sauf que ça, c’était avant qu’une belle jeune femme n’entre dans la pièce et ne le mette mal à l’aise.

Maëlann, son ex-petite-amie. Nate et elle, ça avait été une belle histoire. De ces relations inattendues entre deux personnes que l’on n’imaginerait pas ensemble ! Et puis, ils avaient accrochés et le jeune homme s’était surpris à beaucoup l’apprécier. Leur couple aurait pu durer, aurait pu leur rendre un semblant de bonheur. Mais ils se séparèrent, de façon abrupte. Maë crut être enceinte, ce qui fit totalement flipper Nate. C’est vrai ! Quel homme censé et responsable irait mettre une femme enceinte ? Une femme à laquelle il tient, qui plus est ! Non seulement, une grossesse dans un monde comme le leur, représentait des risques énormes mais en plus, quel genre de parent voudrait mettre son enfant au monde en Enfer ? Nate voulait être papa, un jour, ailleurs, en d’autres temps. Et Maëlann ne pourrait pas le concevoir alors, il la fuyait.

- Bonsoir Maëlann.

Son ton était neutre, comme s’il s’adressait à n’importe quelle autre personne des grottes. Comme s’il n’avait pas ressenti quelque chose pour elle. Pourtant, ça avait été le cas ! C’était peut-être même encore le cas, actuellement. Nate alla s’asseoir sur un lit non loin de là où Maë et la gamine discutaient. Il tendit un peu de lait chaud à la malade, une jeune femme qui l’appréciait beaucoup. Sur le moment, et bien qu’il savait que ce n’était pas correct, Nate décida de vérifier si Maëlann se montrait toujours jalouse à son égard ! Il se pencha légèrement vers la blessée, créant un espace plus intimiste entre eux. Lui adressant un sourire enjôleur, il redoubla d’attention à son égard :

- Tout se passe bien mademoiselle ? Vous ne manquez de rien ?

Quand elle répondit, de sa voix affaiblie mais amusée que tout allait maintenant qu’il était auprès d’elle, Nate eut presque envie de jeter un regard à Maë. Là, elle ne devait pas du tout apprécier la conversation ! Le médecin adressa un second grand sourire à la malade et se redressa, s’éloignant de quelques pas pour passer derrière son ex et lui jeter vite fait un regard en coin. Faisait-elle la tête ? Allait-elle lui lancer une pique ? Venir le voir et lui réclamer des explications ? En tous cas, il ne la laisserait pas partir aussi vite ce soir, bizarrement, Nate avait envie de parler ...


code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Sam 22 Fév - 23:30



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
-Et Terry Abbot a dit que quand on se blesse à la jambe, les docteurs il te la coupe pour...

Honte à elle. Ça faisait au moins cinq bonnes minutes que Maë n'écoutait plus la petite malade. A partir du moment où elle avait répondu au bonjour de Nate, la jeune femme n'avait cessé de faire attention à ses faits et gestes oubliant complètement Lucie. 

-C'est pas vrai hein Maë ? Les docteurs ils font pas ça !  Maë ??

-Pardon ma puce, j'étais dans mes pensées. C'était quoi ta question ? 

Cette fois la danseuse l'écouta et la rassura. Non les médecins ne coupaient pas les jambes de leur patient s'ils avaient mal. Une fois que les idées furent claires dans la tête de Lucie, l'intention de Maëlann se tourna à nouveau vers Nate. Aussi brutale qu'un changement de situation dans un rêve, son esprit se mit à vagabonder du côté d'un souvenir : leur premier baiser. 

Cette nuit la avait été longue, du moins plus longue que les autres. Quand elle avait proposé à Nate d'aller se balader (ce qui était un bien grand mot quand on savait où ils vivaient) il avait accepté. Comme une gamine de quinze ans, la métisse s'était surprise à  stresser, à rougir, bref le portrait n'était pas beau à voir. 

Quoi qu'il en soit, la réalité se ramena à elle de façon forte déplaisante à ses yeux. La voix de Nate s'était à nouveau élevé dans l'infirmerie mais cette fois il s’adressait à une femme de manière un peu trop…Amical aux goûts de la métisse. Ne pouvant lutter contre son envie, Maëlann se tourna vers le duo, assez rapidement pour voir le sourire de Nate, un brin charmeur. Le genre de sourire qu’il aurait pu lui adresser, à elle, avant. Comble du comble, l’alitée semblait prendre plaisir à ce petit échange. Nate adressa un nouveau sourire à sa patiente et Maë eut tout juste le temps de se retourner avant qu’il ne se lève.

Pour autant, l’étoile ne pouvait oublier l’homme aux yeux verts. Est-ce qu’il l’avait fait exprès pour lui montrer qu’il avait tiré un trait sur elle ? Ou alors il l’avait fait de manière naturelle sans se soucier de savoir si elle le voyait parce que cette fille lui plaisait ?

-Dis Maë, je peux avoir de l’eau ?

-Hum ?

-J’ai soif…

-Ah oui, d’accord.

Un peu abasourdie, Maëlann se leva, direction une sorte de comptoir pour trouver de quoi rafraîchir la petite. Sans réellement faire attention, la jeune femme remplit le verre et retourna auprès de Lucie. Après avoir vérifié que cette dernière allait bien, Maë l’abandonna à nouveau pour cette fois aller près de Nate. Elle avait finalement décidé de prêcher le faux pour savoir le vrai.

-Alors ? Comment va ta patiente ? Elle a l'air plutôt ...souriante demanda-t-elle l'air de rien, une fois près de son ex.




Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Dim 23 Fév - 16:17

Ce secret, je te le donne, ne le dis à personne
V

oir Maëlann approcher le fit sourire, elle venait sans doute aux nouvelles. Ce qui le fit sourire parce qu’au fond, elle aurait tout aussi bien pu passer à autre chose après leur rupture. Dans les grottes, il n’était pas rare que deux personnes se rapprochent, de façon très éphémère et se séparent tout aussi vite. Nate n’avait pas envie de voir Maë avec un autre homme mais il ne pouvait pas lui apporter ce qu’elle recherchait ! Inutile de se faire plus de mal que nécessaire. Le médecin refusait d’entendre parler de bébé, qui irait mettre un enfant en danger de mort avant même sa naissance ? Non, ce n’était pas concevable. D’un autre côté, Nate n’avait pas le droit de condamner Maëlann à ne jamais être mère ! Si elle le désirait, elle devait être libre de l’être. C’est pourquoi, leur relation était vouée à l’échec. Nate refuserait de devenir papa tant que leur monde serait envahi et ils n’auraient jamais assez d’une vie pour éradiquer la menace extraterrestre au grand complet ! Donc, ils étaient dans une impasse.

- Elle se porte bien. D’ici quelques jours, elle serait totalement rétablie.

Est-ce qu’il insinuait innocemment par-là que cette jeune femme resterait encore quelques jours à l’infirmerie ? Peut-être. Nate était compliqué, il pouvait le concevoir. Le paradoxe était énorme ! Il ne voulait pas voir Maë avec un autre mais ne pouvait pas non plus être avec elle ! De toute façon, le mieux pour tous les deux étaient de s’oublier. Même si cela s’avérait bien trop difficile pour que ni lui ni elle ne puisse y arriver. Le médecin releva les yeux pour regarder la jeune femme, elle semblait fatiguée mais en pleine forme, mis à part ça. Il avait longtemps refusé de ressentir quelque chose pour une autre personne, de peur de souffrir si jamais cette femme venait à disparaître. Sa propre sœur avait vécu la tragédie, voyant son petit-ami se faire capturer sous ses yeux impuissants.

- Et toi, comment vas-tu ? Tu as l’air un peu fatiguée.

Ils l’étaient tous ! Comment trouver le sommeil quand on est enfermé dans une cage tel un hamster ? Nate avait tout autant de mal à dormir que les autres, c’est pourquoi il lui arrivait de s’effondrer de sommeil comme une masse. Maëlann comptait plus qu’il ne voulait le laisser paraître à ses yeux, il s’inquiétait réellement pour son état quand il lui posait ce genre de questions. Après tout, même si ça ne pouvait pas fonctionner entre eux, cela n’empêchait pas Nate de ressentir l’envie irrépressible de la protéger.

- Si t’as besoin de quelque chose pour pouvoir mieux dormir, n’hésites pas à venir me voir. J’ai des mixtures de plantes et des tisanes pour aider à trouver le sommeil ! Il parait que ça fonctionne bien ces conneries ...

Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Nate avait du mal avec ce genre de médecine ! Dans son apprentissage avant l’apocalypse, il avait toujours voulu se concentrer sur le plan chirurgical et technique du métier. Savoir mélanger trois feuilles et deux racines pour en faire un mélange efficace, ce n’était pas vraiment ce qui le passionnait le plus ! Cependant, les temps étaient durs ! Les médicaments, particulièrement dangereux car bien gardés. Tout ce qui pouvait faire office de calmants, d’anesthésiant ou autre, était bon à prendre. Nate réalisa qu’il devenait un peu trop chaleureux avec Maë, et aussitôt, il se replia sur lui-même. Se tournant légèrement vers son bureau, il s’affaira à ranger des pilules dans des boîtes. Pas facile de jouer double-jeu ...



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Dim 23 Fév - 18:18



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
- Elle se porte bien. D’ici quelques jours, elle serait totalement rétablie.

Quelques jours…Ce n’était pas la mer à boire ! Enfin, ce n’était pas la mer à boire si et seulement si un nouveau couple ne se formait pas dans les grottes. Maëlann savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas supporter de voir Nate avec une autre. C’était stupide n’est ce pas ? Comment pouvait-elle penser à l’amour et à ses aléas plutôt qu’à la situation mondiale actuelle ? C’était invraisemblable et pourtant elle n’y pouvait rien. Elle ne pouvait pas lutter contre cette élan de jalousie qui naissait au creux de son ventre à chaque fois que son ex en approchait une autre. Non elle ne pouvait pas parce que les raisons de leur rupture étaient tout bonnement stupides. Elle voulait d’un enfant et lui pas alors il avait dit stop. Mais Nate ne comprenait-il pas que c’était lui qu’elle voulait avant tout ? Que c’était avec lui qu’elle voulait une famille ?

Non, apparemment non mais peu importe. En aucun cas Maë ne comptait abandonner. Parce qu’elle avait beau admirer le frère, l’amant, le médecin, la danseuse comptait bien abattre les préjugés à la con de l’homme, lui prouver que les Ames leurs avaient pris bien assez de chose comme ça et qu’il n’était pas nécessaire de leur donner leurs libres-arbitres.

-Et toi, comment vas-tu ? Tu as l’air un peu fatiguée.

-Ca va, répondit-elle. T’inquiètes pas,

Maëlann n’était pas du genre à se plaindre mais elle appréciait cette façon qu’il avait de s’inquiéter pour elle et des autres en général. C’était sans doute l’une des choses qu’elle aimait le plus chez lui.

-Si t’as besoin de quelque chose pour pouvoir mieux dormir, n’hésites pas à venir me voir. J’ai des mixtures de plantes et des tisanes pour aider à trouver le sommeil ! Il parait que ça fonctionne bien ces conneries …

A peine un sourire s’était dessiné sur son visage, le premier depuis des lustres, que déjà il se refermait, lui tournant presque le dos. Si la plupart du temps Maë le laissait faire, continuant à lui parler comme si de rien n’était, cette fois, elle ne voulait clairement pas. Pourquoi laisser Nate s’enfermer dans ses pensées stupides alors qu’elle était persuadée que leur histoire n’était pas morte. Elle se rapprocha un peu plus de lui et le força à lui faire face.

-Ne fais pas ça…C’est déjà dur d’être avec toi alors si en plus tu me fais l’ascenseur émotionnel…Tu peux pas me sourire comme avant et ensuite faire comme si je n’étais qu’une fille parmi d’autres.

Droit dans les yeux, la main sur la sienne, c’était sans doute le premier vrai contact qu’il avait depuis leur séparation.



Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Dim 23 Fév - 19:09

Ce secret, je te le donne, ne le dis à personne
A

voir Maëlann à ses côtés, c’était comme replonger dans un bain de souvenirs. Nate se rappelait de ce court laps de temps où, accaparé par son histoire d’amour avec la belle, il en avait presque oublié l’extérieur. Bien sûr, le médecin était vite revenu à la réalité ... les corps ensanglantés à l’infirmerie, les raids qui tournaient mal, les cris et les pleurs. Tout ça, ça l’avait ramené à la réalité comme un seau d’eau froide sur le coin de la figure ! Pourtant, durant ne serait-ce qu’une poignée de jours, Maë lui avait permis de souffler. Il avait suffis qu’il passe la journée à ses côtés pour se sentir soulagé, heureux. Et durant ces quelques jours, Nate avait cessé de souffrir. L’humanité était perdue mais l’espace d’un instant, il s’en foutait comme de l’an quarante.

Tout avait bien changé depuis, Maëlann et lui s’étaient quittés et son quotidien l’avait rattrapé. Nate ne pouvait s’empêcher de prendre de ses nouvelles, de s’inquiéter pour elle. La voir tomber malade ou s’affaiblir était sa hantise. Heureusement, elle le rassura de quelques mots. La jolie métisse était une battante, elle ne baisserait pas les bras si vite ! De plus, Nate savait qu’elle ne se mettrait pas inutilement en danger. Il ne devait pas craindre pour elle, Maëlann savait se gérer toute seule. Il acquiesça donc à ce qu’elle venait de lui dire, sans polémiquer, sans chercher à approfondir le sujet. Ce ne fut qu’après ces dernières paroles qu’il se replia, cherchant un moyen de faire marche arrière face à cet élan d’affection dont il venait de faire preuve.

Sa main s’était posée sur celle de Nate, le regard du jeune home se relevant et se plantant dans celui de la demoiselle. Elle le sermonnait, à sa façon. Mais en tous les cas, elle avait raison ! Ce n’était pas juste de lui faire croire que tout allait bien et la seconde suivante, se refermer come une huître. Mais le survivant n’avait rien trouvé de mieux pour se protéger que de se détacher au maximum. Ils ne pouvaient pas être amis, Nate n’en avait pas envie ! Les choses entre eux étaient très compliquées, peut-être un peu trop ...

- Tu as raison mais je voulais simplement prendre de tes nouvelles, rien de plus.

Nate garda ensuite le silence durant quelques secondes, la main de Maëlann toujours posée sur la sienne. Pourtant, comme à son habitude, il prit la fuite. Faisant quelques pas vers son bureau, il coupa le contact physique entre eux. Le médecin reprit sa fouille dans les documents, cherchant apparemment quelque chose d’important vu les mouvements précipités. Au bout d’un moment, il abandonna et poussa un profond soupir. Revenant vers Maëlann, il se planta devant elle et lui susurra sur le ton de la confidence :

- Ne dis pas de bêtises, je ne te considère pas comme n’importe quelle fille ... mais tu dois me comprendre ! Si c’était plus simple, on n’en serait pas là aujourd’hui !

Il secoua la tête. Voilà, il avait parlé et il s’en voulait ... Nate n’avait pas à se justifier, à expliquer à Maëlann qu’elle était particulière ! Elle le savait tout ça, elle savait qu’il avait eu des sentiments pour elle. Ce n’était pas juste de lui faire dire ce genre de choses et de ce fait, de le mettre au pied du mur. Nate croisa les bras sur le torse, son regard se faisant un peu plus dur.

- Tu es vraiment venue ici uniquement pour voir la gamine ?

Un peu d’honnêteté ne leur ferait pas grand mal à tous les deux !


code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Dim 23 Fév - 21:32



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
Sa main resta plus que de raison sur celle de Nate mais pour rien au monde elle ne voulait rompre ce contact. Le garçon s’en chargea pour eux mais Maë ne comptait pas bouger pour autant, préférant le regarder farfouiller à la recherche, elle en était sûr, d’un document inexistant. Finalement, semblant avoir réfléchi, Nate revint en face d’elle pour lui dire des mots qu’elle rêvait d’entendre ces derniers temps. Simple…Bien sur que c’était simple, c’est lui qui compliquait la chose à se faire un devoir de s’éloigner d’elle alors qu’elle n’avait rien demandé, lui qui préférait tirer un trait sur eux au lieu de se battre. Elle comprenait sa peur, la peur du futur, la peur que tout s’arrête, qu’ils soient découvert oui, bien sur elle comprenait mais d’un autre côté, s’ils apprenaient à vivre dans la peur alors ils ne vivaient plus. Pourquoi diable ne voulait-il pas voir ça ?

Sans trouver de réponse approprié, elle le regarda. Ses yeux, son nez, ses lèvres, le froncement de ses sourcils. Est-ce qu’il regrettait ? Surement. Nate n’aimait jamais parle de lui, de ce qu’il ressentait. et même si elle arrivait parfois à le prendre au piège, la jeune femme savait pertinemment qu’il n’appréciait pas ça. C’était étrange n’est ce pas ? Elle si extravertie, qui aimait parler aux bonnes personnes et lui qui ne parlait pas, préférant taire ses pensées, les garder jalousement pour lui. Comment avaient-ils fait pour s’accorder aussi bien ? Avec un sourire elle repensa à ce fameux « les contraires s’attirent ». Nate et elle étaient un exemple parfait de cet adage.

Quand il lui demanda, les bras croisés, si elle n’était venue que pour la petite, Maëlann baissa la tête. La grotte avait l’avantage de les cacher cette mais à force de vivre les uns sur les autres, il était plus facile de cerner les gens. Elle qui avait toujours cru être une de ces filles secrète et mystérieuse…Ou alors…Il voulait simplement être rassuré ? Cette idée fit naître un sourire sur le coin des lèvres et elle releva la tête.

-Tu aurais aimé que je ne sois pas là uniquement pour elle ?
dit-elle en se mordant les lèvres

D’une demi-fesse, elle s’installa sur le bureau de Nate, non sans avoir pris la peine de le frôler légèrement. Prise d’une pulsion, elle passa sa main dans les cheveux du garçon tout en lui souriant.

-Le monde n’est pas simple mais entre nous, ça peut être d’une simplicité enfantine Nate…Au lieu de ça, tu préfères survivre avec des et si.

Semblant se rendre compte de son geste, elle le stoppa avant de reprendre.

-Mais je veux bien avouer que je ne suis pas là uniquement pour Lucie si tu avoues que tu t’es montrée proche de ta patiente uniquement parce que j’étais là.


Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Lun 24 Fév - 18:13

Ce secret, je te le donne, ne le dis à personne
L

a situation prenait une tournure que Nate n’appréciait pas, ils se rapprochaient, discutaient avec le sourire comme les deux personnes qu’ils étaient avant ! Sauf qu’ils n’étaient plus les deux mêmes individus. Entre temps, Maëlann avait cru être enceinte et lui, il avait cru mourir. Depuis cet incident, rien n’était plus pareil dans la vie de Nate. Non seulement, il avait brisé tout ce qui le liait à la jeune femme mais en plus, il avait décidé d’être bien plus vigilent dans ses relation amoureuses. Tout devait être sous contrôle pour ne pas faire de bêtises ! Il n’y avait que les idiots et les égoïstes qui mettaient des enfants au monde en cette période chaotique. Lui, il luttait chaque jour pour préserver la race humaine. Il nageait dans le sang et pataugeait dans la sueur pour sauver jusqu’au dernier survivant. Ils méritaient mieux que cette vie de fugitifs mais faute de mieux, ils s’en contentaient.

Il se replia, prenant de la distance pour réinstaurer cette barrière entre eux. La situation dérapait, il le sentait. Et Nate se devait de montrer à Maëlann qu’entre eux, ça ne pouvait plus marcher. Ils avaient des objectifs différents, ils s’aimaient mais visiblement, l’amour n’était pas suffisant dans leur cas. Pas de cette façon. Cependant, quand il revint poser une question à la belle, il le regretta presque aussitôt. Son interrogation, bien qu’importante à ses yeux,  avait laissé une porte entrouverte pour Maë. En effet, il admettait s’intéresser à ce qu’elle pouvait potentiellement encore ressentir pour lui. Cela dit, quand elle l’interrogea sur ses désirs, Nate haussa les épaules d’un geste dédaigneux pour toute réponse. Il ne pouvait pas certifier quoi que ce soit ...

Maëlann se décala légèrement, s’installant sur le bureau de Nate et esquissant un geste dans sa direction. Ses doigts rejoignirent les cheveux du jeune homme, le médecin la laissa faire un instant, ne voulant pas la repousser froidement et sèchement. Il ressentait toujours quelque chose pour elle et la repousser était l’épreuve la plus rude qu’il ait eu à traverser. Le survivant écarquilla les yeux subitement, frappé de plein fouet par l’adjectif que Maëlann avait employé. Parmi tous les mots désignant la facilité, elle avait utilisé le qualificatif « enfantine ». Automatiquement, le médecin replongea dans des souvenirs ... ce jour où, les yeux plein d’étoiles, la belle métisse lui avait annoncé qu’il serait peut-être papa, qu’un enfant grandirait peut-être en elle. Et soudain, le médecin perdait totalement pied. Quand elle stoppa son geste, Nate la fixait avec une lueur de stupéfaction dans le regard. Pour toute réponse à sa question, il trancha sur un ton sec :

- Je me suis montré proche de ma patiente car elle a vécu des étapes douloureuses et que si quelques paroles chaleureuses peuvent l’aider à trouver le sommeil, alors tant mieux ...

Le médecin se replia, s’éloignant d’un pas de Maëlann. Il était retombé dans son silence, dans sa coquille d’huître à l’entente même du mot « enfant ». C’était ça, au final, le nœud du problème. Ils ne seraient jamais parents, il l’empêchait de devenir mère, elle l’empêchait de rester homme et pas père. Nate finit par poser les mains sur les épaules de la jolie demoiselle, plantant son regard dans le sien et s’adressant à elle sur un ton décisif :

- Tu dis que ça peut être facile entre nous ... c’est faux. On a des envies différentes, des objectifs différents. Je ne peux pas t’apporter ce que tu recherches et tu m’empêches de vivre comme je le souhaite ... entre nous, c’est trop compliqué, Maë, alors on devait accepter la fatalité et abandonner, ça, ça serait simple ...

Et bien que ça lui semblait la meilleure solution pour leur bonheur à tous les deux, Nate n’avait aucune envie de suivre ses propres conseils ...



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Jeu 27 Fév - 14:03



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
-Nate…dit-elle sans baisser les yeux. Tu comprends pas que cet enfant je le voulais avec toi, que je le voulais parce que c’était toi ? Qu’on se sépare ne change rien à part qu’on apprend à devenir des voisins polies.

C’est ce qu’il voulait réellement ? « Bonjour, ça va ? Oui et vous ? »  C’était stupide, absurde. Le repoussant avec plus de colère qu’elle ne l’aurait voulu, Maëlann s’écarta de Nate. Non elle ne voulait pas abandonner mais elle avait espéré qu’en laissant un peu de temps au jeune homme, elle pourrait le convaincre qu’ils pouvaient être ensemble. C’était sans compter sur le tempérament de Nate.

-Tu sais quoi ? reprit-elle en se retournant vers Nate. La vrai raison c’est pas le bébé, la raison c’est que tu penses qu’en t’éloignant des gens tu pourras apprendre à ne plus t’en faire pour eux, pour éviter d’avoir mal si jamais ….

Elle ne termina pas sa phrase, à quoi bon ? C’était inutile. Elle poussa un soupir et se reprit. Ce n’était pas son genre les éclats de colère, généralement elle laissait ça à Nate mais là…Là c’était différent. Dans les bras du garçon, elle avait réussit à trouver le sommeil. Maintenant qu’il n’était plus à ses côtés, c’était plus compliqué et parfois…Et bien parfois, sa fatigue ressortait.

-Excuses-moi, je..Je voulais pas...

A nouveau elle revint près de Nate et s’en chercher à comprendre elle noua sa main à la sienne. Ses yeux quittèrent ensuite ses deux mains pour se poser dans ceux verts de Nate. Lentement la jeune femme s’approcha dangereusement des lèvres de l’homme qu’elle aimait
La dernière fois qu'ils avaient été aussi proche remontait à ce jour où elle lui avait parlé de bébé...En quelques secondes tout avait basculé entre eux. Un coup il l'embrassait pour lui dire bonjour et l'instant d'après son visage s'était fermé alors qu'elle même rayonnait de bonheur. Le premier bonheur depuis bien longtemps.

-S’il te plait, murmura-t-elle. Me repousse plus…

Elle déglutit et s’arrêta à quelques millimètres de sa bouche, croisant son regard une micro-secondes avant de l’embrasser.


Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Ven 28 Fév - 14:46

Ce secret, je te le donne, ne le dis à personne
S

ur l’instant, c’était comme en été. Allongé sur le sable, la peau du ventre caressant lascivement la douceur de la serviette de plage, le nez enfoui entre les bras. Sur le dos, on pourrait presque sentir les coups de langue du soleil, qui s’affaire à haler la peau. Et puis brusquement, électrochoc, une bouteille d’eau fraîche renversée sur de la peau chauffée. Nate, en ce moment, vivait cette même sensation. Quand on est pris au dépourvu et que tout à coup, on nous arrache à notre tranquillité, à notre bien-être. C’était simple, au final, de se bouder ! Tellement plus simple que d’en parler, en face-à-face, comme d’une réalité. Maëlann semblait moins perturbée que lui à l’idée de discuter de leur enfant, ce bébé qui n’en avait jamais été un, en vérité. Pourtant, le survivant était tétanisé rien qu’à entendre Maë lui parler du bambin irréel.

- Arrête, tu veux ...

Nate l’avait soufflé, certainement pas assez fort pour que Maëlann ne puisse l’entendre. Il avait porté une main au visage, se la passant devant les yeux tout en lâchant un profond soupir, soupir de mal-être ultime. C’était gênant et douloureux, d’en reparler. Jamais le jeune homme ne s’était senti aussi désemparé, incapable de répliquer ou de réaliser ce qui était en train de se passer. Il aurait dû s’y préparer ! Cette conversation était inévitable, ils étaient bien forcés de l’avoir un jour ou l’autre ... et puis, là, il se la ramassait comme un coup de pelle en pleine figure. Nate secoua la tête pour reprendre contenance, cependant, la dernière remarque de son ex lui fit froncer les sourcils. Cette fois, elle avait tout faux ...

- Tu dis n’importe quoi ... tu penses que c’est parce qu’on n’a pas de bébé ou parce qu’on n’est plus ensemble que je pourrais éviter d’avoir mal, si jamais ? Si jamais quoi ? Si je te perdais, je deviendrais fou ... parce que j’en ai marre de perdre des gens et parce que je veux pas te perdre ... mais je veux pas d’un enfant, je veux pas lui infliger ce qu’on vit tous les jours ... alors non, Maë, tu te plantes ! Si je m’éloigne, c’est parce que c’est le seul truc que je puisse faire pour que tu sois heureuse.

Il s’était débattu par rapport à la situation. Nate avait l’impression de ramper, nageant dans son propre sang après la multitude de coups de couteaux qu’il venait de prendre. Parler du bébé, de leur rupture, de ce qu’il ressentait encore pour elle. Tout ça, c’était trop dur pour qu’il le fasse sans en payer le prix. Le médecin se décala légèrement, baissant la tête et hochant du menton. Elle l’avait un eu mis au pied du mur, et là, il n’était pas content ! Pas content du tout même ! Parce qu’ils venaient d’avoir la discussion qu’il redoutait tant depuis leur rupture. Les mots d’excuse de Maëlann n’y firent rien, Nate resta de marbre, silencieux face à ceux-ci. Il venait de lui lâcher tout ce qu’il avait gardé pour lui durant si longtemps et là, il se sentait vidé.

Quand elle s’approcha, attrapant sa main pour y nouer ses doigts, appuyant son corps contre celui de Nate, plantant ses yeux dans ceux du jeune homme, il réalisa que c’était perdu d’avance ! Tel le marin happé par le charme irrésistible de la sirène, le survivant était impuissant. Les lèvres de Maë étaient toutes proches des siennes, elle lui susurra de ne pas la repousser mais de toute façon, cette option n’était même pas envisageable. Quand leur bouche se rencontrèrent, se fixant mutuellement, le médecin glissa une main dans le dos de la belle et l’attira vers lui. Ses lèvres s’affairèrent sur celles de Maëlann et il prolongea le baiser, revivant entre les lèvres de son ex-petite-amie. Et puis, il réalisa. Aussitôt, il mit fin aux embrassades et se recula d’un pas. Ses mains posées sur les épaules de Maë, il redressa le regard pour la fixer.

- Pourquoi t’as fait ça ? On a déjà tellement de problèmes comme ça ...

C’est vrai qu’ils étaient perdus tous les deux, qu’ils ne savaient même plus dans quelle direction ils se dirigeaient ! Heureusement que le baiser avait été agréable ...



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Lun 3 Mar - 19:05



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
Combien de fois avait-elle espéré ressentir cette émotion à nouveau ? Son corps contre le sien, ses mains caressant son dos ? Trop peut être mais le rêve n’était pas à la hauteur de la réalité, très loin même. Ce baiser traduisait beaucoup plus que Nate ne voudrait jamais l’avouer, la jeune femme en avait conscience mais peu importe. Vitre, bien trop vite son ex petit ami mis fin à leur étreinte, se reculant d’elle avant de lui poser une question à la réponse absurde et simple à la fois.

-Parce que j’en avais envie Nate, dit elle sans une once de remord. Parce que j’en avais besoin aussi. Parce que quand je te vois parler à une femme, lui adresser un sourire auquel je n’ai pas le droit, je crève de jalousie. Et surtout parce que malgré ce que tu crois, je ne suis pas heureuse sans toi.

Cette conversation tournait en rond. Elle lui disait vouloir être à ses côtés, lui ne pas vouloir d’enfant et on recommençait depuis le début. Pourquoi ne voulait-il pas admettre qu’elle puisse ne vouloir que lui ? Oui elle voulait un enfant mais s’il n’avait pas les yeux verts de Nate ou son air charmeur, à quoi bon ?

-Tu me fatigues Nate...J'ai beau être follement amoureuse de toi, tu me fatigues. C'est si dur pour toi de comprendre ce que je te dis ? Je veux un enfant de toi, je veux construire un semblant de vie avec toi, pas avec un autre. Et si c'est pas toi, ça sera personne.

Elle poussa un long soupir avant de reprendre

-Je ne peux pas faire comme si tu n'éprouvais plus rien pour moi, comme si je n'étais pas amoureuse de toi...Mais si c'est vraiment ce que tu veux, alors je vais ...M'efforcer de faire l'actrice.

Elle caressa tendrement la main droite du garçon et se dégagea. Une dernière fois elle se rapprocha de ses lèvres, les mordillant légèrement et sans plus de cérémonie, la métisse retourna auprès de Lucie. Malheureusement il n'y avait pas beaucoup de choses à faire ici pour une enfant et la malade s'était endormie depuis un bout de temps déjà. Maëlann se décida donc pour, comme à son habitude, donner de son temps. Simple hasard ou non, le lit d'à côté était occupé par un homme plutôt charmant.  

Qu'on se le dise, Maë n'était pas le genre de femme à jouer avec les hommes mais l'occasion était trop grande et même si Nate risquait de la voir venir à des kilomètres, la rebelle voulait tenter le coup. Elle voulait voir la flamme de la jalousie dans ses yeux, pour qu'il se rende compte que jamais ils ne pourraient vivre comme si.
Cette simple idée la fit sourire. L'homme en face d'elle le prit pour lui et sourit à son tour ce qui, entre nous, arrangeait bien Maëlann. Cette dernière s'installa au pied du lit, prête à discuter.



Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Jeu 13 Mar - 11:20

Ce secret, je te le donne, ne le dis à personne
U

n rapprochement soudain entre eux, un baiser rapide et inattendu. Nate était pris de court et sur le moment, il baissa la garde. L’instant était agréable, il ne pouvait le nier ! Après tout, Maë et lui, ce n’était pas totalement terminé ... c’était comme une œuvre laissée inachevée par son auteur, de peur du résultat final. Le docteur se recula finalement, prenant de la distance afin de se protéger et de la protéger elle aussi ! Contrairement à ce qu’elle semblait croire, il faisait ça pour eux ! Il luttait pour qu’ils ne s’infligent pas davantage de peine. Leur attitude de ce moment ne les aidait pas à rester calmes et éloignés.

Maëlann défendait leur ancien couple, Nate baissa la tête. Elle tenait encore à lui tout comme lui, tenait encore à elle. Ce qui rendait leur relation encore plus difficile et triste qu’elle ne l’était déjà. Le docteur secoua la tête, elle avait raison. Tout ça ne rimait à rien, ils étaient incapables de se comprendre tous les deux ! Parler à un mur serait plus constructif, Nate acheva de soupirer et capitula. Elle lui reparlait d’enfant, de construire un semblant de vie ... quelle vie ? Ils avaient cessé de vivre depuis longtemps ! Désormais, ils survivaient. Ils en étaient réduits à voler les oppresseurs et à vivre sous terre. Nate ne comptait pas se leurrer et se bercer d’illusions, il n’y avait aucun semblant de vie à espérer !

- Je crois que c’est ce qu’il y a de mieux pour nous deux ...

Il ne savait même plus quoi dire, leurs débats étaient stériles et ils continueraient à se disputer comme deux adolescents aussi longtemps qu’ils persévèreraient. Les doigts de Maë rejoignirent encore sa main, ses lèvres revenant titiller les siennes. Cette fois, l’homme tâcha de rester stoïque. Observant son ex se diriger à nouveau vers sa protégée. Retournant son bureau, le doc rédigea quelques notes, pour mettre les dossiers des patients à jour. En effet, ils se débrouillaient avec les moyens du bord pour maintenir un minimum de suivi médical pour les survivants. Quand il releva les yeux, Maëlann avait changé de lit. Elle était installée auprès d’un jeune homme malade, qui lui souriait et semblait sur le point d’engager la conversation.

Nate poussa un soupir de mécontentement assez sonore pour que les deux puissent l’entendre. Il tenta de garder son attention sur ses papiers, ses notes barbantes. Pourtant, plus loin, les deux autres discutaient et au bout d’un moment, Nate perdit patience. Il n’aimait pas ce petit jeu malsain qui s’installait entre Maëlann et lui, il fallait mettre un terme à tout ça. Aussitôt, l’homme se leva et se dirigea vers la grande conversation. Sur un ton peut-être un peu plus sec qu’il ne l’aurait fallu, il les somma d’arrêter :

- Excusez-moi, nous sommes dans une infirmerie ici pas dans une cafétéria. Certains malades ont vraiment besoin de se reposer ... d’ailleurs, vous devriez dormir un peu Monsieur Stones, vos blessures ne se guériront pas par enchantement ...

Sans un regard de plus pour Maë, Nate retourna à son bureau. Il se laissa tomber sur sa chaise sans la moindre délicatesse et abandonna son stylo. Se laissant peu à peu retomber contre le dossier du siège, il pencha la tête et ferma les paupières un instant. Enfin, il se releva et rejoignit Maëlann, à présent debout dans l’infirmerie. D’un mouvement du menton, il lui indiqua de le suivre dans le couloir. Une fois seuls, le docteur s’expliqua :

- C’est moi qui ait commencé à jouer à ce petit jeu ... c’était une mauvaise idée. On n’est plus des lycéens, on doit se montrer plus matures que ça. Si tu veux fréquenter quelqu’un, libre à toi mais tâchons de rester corrects l’un envers l’autre ... tu veux bien ?

Il croisa les bras sur le torse et arqua un sourcil inquisiteur.




code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate • Dim 16 Mar - 0:15



"Là où il n'y a point...

d'amour, il n'y a point de jalousie." ► George Sand
La réaction de Nate ne se fit pas attendre. Prenant le ton du médecin inquiet pour ses patients, le jeune homme vint à leur rencontre afin de les réprimander. Pour le coup, c’était l’hôpital qui se moquait de la charité. Néanmoins, la métisse garda le silence et se contenta de fixer son ancien petit ami. Ce dernier l’ignora superbement ce qui confirmait ce que pensait Maë.
Jamais ils ne pourraient faire comme si. Les sentiments étaient présents, quoi qu’il puisse en dire. C’était ridicule de vouloir prouver le contraire.

-Ce n’est rien dit-elle à un Stones dubitatif, une fois Nate partie.

Elle resta quelques minutes en plus avec le charmant patient avant de se lever prête à quitter l’infirmerie. Lucie ne s’était toujours pas réveillée et Nate ne faisait plus attention à elle. Et puis, la jeune femme était fatiguée alors il était plus que temps pour elle d’aller tenter une sieste. C’est ce moment précis que choisis Nate pour revenir à la charge. Sans un mot, il l’invita à la suivre dans le couloir, ce qu’elle fit sans se faire prier.

-C’est moi qui ait commencé à jouer à ce petit jeu ... c’était une mauvaise idée. On n’est plus des lycéens, on doit se montrer plus matures que ça. Si tu veux fréquenter quelqu’un, libre à toi mais tâchons de rester corrects l’un envers l’autre ... tu veux bien ?

Elle le fixa une seconde ou deux, les lèvres pincées avant d’ouvrir la bouche.

-Nate…

Maë ne voulait pas fréquenter quelqu’un tout comme elle ne voulait pas que Nate fréquente quelqu’un. La métisse ne voulait en aucun cas entendre une rumeur sur une fille en couple avec Nate. C’était lui qu’elle voulait bon sang !

-Si c’est ce que tu veux, alors on fera comme ça. Je vais faire comme si je n’avais aucun sentiment pour toi et comme si tu n’en avais aucun pour moi.

Elle lui adressa un sourire sans joie avant de lui tourner le dos. Maë avait beau le dire, elle ne comptait pas abandonner. La danseuse avait perdu trop de chose dans sa vie pour se permettre de perdre l’homme dont elle était amoureuse.



Nate & Maëlann

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageRe: Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate •
Revenir en haut Aller en bas
Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie - feat Nate
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Les broderies au point compté de la souris
» valeur en point
» liste d armee a 1000 point pour un tournoit
» mes créations au point compté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Earth :: Topics-
Sauter vers: